Répertoire

_MG_0168.jpg
001.jpg

La question des fleurs (2020)

Chorégraphes : Andrea Peña, Christophe Garcia, Dominique Porte et Ismaël Mouaraki

Assistante à la chorégraphie pour Christophe Garcia : Marie-Eve Carrière 

Interprètes : Daphnée Laurendeau et Danny Morissette

Musique : Laurier Rajotte

Éclairages et direction technique : Thomas Kiffer

Vidéos et photos  : Bobby León

Administration : Lydie Revez

Développement : Mickaël Spinnhirny 

Communications : Camille Kersebet et Ariane Laget

 

Conte de Faits (2017)

Chorégraphie : Dominique Porte

Danseurs : Sara Hanley, Alexandre Morin, Kyra Jean Green

Comédien : Bruno Piccolo 

Musique : Laurent Maslé

Assistante à la création : Eve Garnier

Conception lumière : Jean Jauvin

Conception et réalisation des costumes : Camille Thibault-Bédard

Photos : Damian Siqueiros

Artistes à la création : Cai Glover, IsaBelle Paquette, David Albert-Toth, Sara Hanley, Alexandre Morin, Kyra Jean Green, Olivier Schmitt.

 

Hors JE (2014)

Chorégraphe et interprète : Dominique Porte

Regard extérieur et dispositif vidéo temps réel : Armando Menicacci

Conseillère artistique et répétitrice : Danielle Lecourtois

Musique : Domenico Scarlatti réinterprétée par le pianiste Matt Herskowitz

Arrangements sonores : Laurent Maslé

Costume : Liz Vandal

 

 

JE (2011)

Chorégraphe et interprète : Dominique Porte

Conseillère artistique et répétitrice : Christine Charles

Aide à la dramaturgie : Alain Francoeur

Compositeur et arrangeur : Charles Papasoff

Vidéos : EFFE/Francis Leclerc et Dominique Porte 

Costumière : Claire Geoffrion

Éclairagiste : Marc Tétreault

Musiques originales : Jean-Sébastien Bach, Béla Bartók, Nino Ferrer, Isaac Hayes, Gyorgy Ligeti, Laurent Maslé, Franz Schubert 

 

 

Ulysse, nous et les sirènes (2010)

Chorégraphe : Dominique Porte

Danseurs : Marc Boivin, Heather Mah, Victoria May, Dominique Porte

Chanteuses sur scène : Isabelle Ligot et Nadine Medawar 

Compositeurs et musiciens : Laurent Maslé et Charles Papasoff 

Répétitrice et conseillère artistique : Christine Charles

Costumes : Claire Geoffrion

Lumières : Marc Tétreault 

Directeur technique : Rasmus Eeg Sylvest 

Régie Son : Laurent Maslé

Photographes : René Foley, Michael Abril 

 

Première : 3 au 6 février 2010, Cinquième Salle de la Place des Arts de Montréal

 

Partenaires à la création

Circuit-Est, Centre chorégraphique

Cirque du Soleil

Département de danse de l'UQAM

La La La Human Steps

Maison de la culture Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension

O Vertigo, Centre de création 

Société de la Place des Arts de Montréal 

 

 

Un homme et une femme  (2007)

Première : du 20 au 24 mars 2007, Agora de la danse, Montréal

Interprétation et danse : Alain Francoeur et Dominique Porte

Musique : Le Château de Barbe-Bleue, Béla Bartok 

Livret : Béla Balazs 

Analyse de l'oeuvre musicale : Charles Papasoff 

Dramaturgie : Michèle Febvre

Conseillère artistique : Christine Charles

Répétitrices : Christine Charles et Sophie Corriveau 

Spatialisation sonore : Laurent Maslé 

Éclairage : Julie Andrée T.

Photographes : Sylvain Fortin, René Foley 

 

 

Exit (2006) 

Production : Système D | Dominique Porte

Coproduction : Agora de la danse (Montréal), Ensemble contemporain de Montréal, direction artistique Véronique Lacroix 

Dates : 18, 19, 20, 21, 26, 27, 28 janvier 2006, 20 h / Studio de l’Agora de la danse, Montréal 

Chorégraphie : Dominique Porte 

Direction musicale : Véronique Lacroix

Scénographie et vidéo : Jonathan Inksetter

Conseillère artistique et répétitrice : Christine Charles 

Compositeurs : James Harley, Nicolas Gilbert, Michael Oesterle, Howard Bachaw 

Interprètes : Jean-François Déziel, Sara Hanley, Bernard Martin, Dominique Porte 

Musiciens ECM : Philip Hornsey, percussionniste, Pamela Reimer, pianiste 

 

Ce projet est réalisé grâce au soutien financier du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des Arts du Canada et du Conseil des arts de Montréal. 

 

 

Plus seule qu’en solo (2004)

Première : Agora de la danse, Montréal, du 16 au 20 mars 2004

Chorégraphe : Dominique Porte

Interprètes : Sara Hanley, Dominique Porte

Musique originale composée et interprétée : Laurent Maslé et Charles Papasoff

Lumières : Philippe Dupeyroux

Costumes : Jennifer Glasgow

Production : Système D / Dominique Porte

 

Résidences : Banff Center for the Arts, Agora de la danse, Fondation Jean-Pierre Perreault

 

 

Errance et réflexes (2003)

Chorégraphe : Dominique Porte

Interprètes : Sara Hanley, Sophie Janssens, Daniel Soulières, Yannick Matthon, Manuel Roque

Compositeur et sonorisateur : Laurent Maslé

Vidéaste : Éric Lamarche

Lumières : Pierre Lavoie

Scénographie : Gaétan Desombre

Costumes : Jennifer Glasgow

 

« Cette pièce transmet une émotion d’angoisse, de quête de paix dans le chaos de la frénésie contemporaine, par une gestuelle rapide et recherchée qui témoigne de la maturité de Dominique Porte comme chorégraphe. » La Presse, avril 2003, Montréal

 

 

Retard probable 5 mn (2001)

Empreinte de l’esprit de compétition et de jeu, cette pièce redéfinit les rapports intimes au sein d’une micro-société.

 

Chorégraphe : Dominique Porte

Interprètes : Sara Hanley, Dominique Porte, Fabrice Merlen, Elijah Brown

Musique originale : Laurent Maslé

Arrangement sonore : Jean-Pierre Côté

Lumières : Pierre Lavoie

Costumes et scénographie : Julie-Andrée Tremblay

 

« Sans négliger son habituelle rigueur de composition, Dominique Porte, insuffle à cette nouvelle création un charmant délire de couleurs, de gestes et de sons, où le jeu et l’absurde semblent les seuls maîtres. » La Presse, mai 2001, Montréal

 

 

Cortex (1999)

La pomme comme symbole obsessionnel de désir et de connaissance. C'est la métaphore que propose cette oeuvre qui explore la tension entre la curiosité et le désir, phénomène de pulsion. La rapidité du mouvement et la complexité physique agissent comme un antidote aux pensées et aux obsessions de chacun des danseurs. Jouant et déjouant les inhibitions mentales, Cortex est un tourbillon délirant qui frôle le dérisoire.

 

Chorégraphe : Dominique Porte

Interprètes : Sara Hanley, Dominique Porte, Michael Trent

Musique originale : Laurent Maslé

Lumières : Philippe Dupeyroux

Costumes : Trac-Costumes

 

« (…) magnifique, (…) Porte met au jour une virtuosité surprenante. » Financieel economic, 1999, Gand, Belgique

 

 

7 Gouttes et des poussières (1998)

Il s'agit d'une oeuvre inspirée par la calligraphie chinoise pour « trouver le sens cacher des choses ». Une oeuvre, en interaction avec des mots et des images projetés, où se développe une gestuelle tantôt rapide, tantôt fluide, toujours d’une clarté étincelante.

 

Chorégraphe et interprète : Dominique Porte

Musique originale : Laurent Maslé

Lumières : Philippe Dupeyroux

Conception du vidéo : Dominique Porte

Réalisation du vidéo : Louis Veillette

Costumes : VANDAL

 

« (...) la plus audacieuse et la plus complète des oeuvres de Dominique Porte jusqu‘à ce jour ». Le Devoir, 1998, Montréal

 

« Using words as inspiration, she moves with impeccable precision and clarity, embroidering with such complexity and speed that the eye cannot take in all her movements. » The Gazette, 1998, Montréal

 

 

Sautes d’humeur (1998)

Sautes d’humeur est une œuvre fortement inspirée par la musique de Geörgy Ligetti qui propose un humour discordant présenté en six tableaux plutôt baroques.

 

Chorégraphe et interprète : Dominique Porte

Musique : Geörgy Ligeti

Arrangements sonores : Laurent Maslé

Lumières : Philippe Dupeyroux

Costumes : Trac-Costume

 

« …feeling was real ; humour was subtle. Here was choreography that lived up fully to the implicit demands of the music. » The Gazette, 1998, Montréal

 

« …Depuis Sautes d’humeur, Dominique Porte (…) signe des oeuvres totales, où la mise en scène et le concept visuel font partie du spectacle. » Le Devoir, 1998, Montréal

 

 

Déviation (1997)

Chorégraphe et interprète : Dominique Porte

Musique originale : Laurent Maslé

Lumières : Robert Gauthier

Scénographie : François Pilotte, Jacques Viennet

Costumes : Daniel Éthier et VANDAL

 

« L'extrême vivacité de plusieurs mouvements, d'une clarté et d‘une précision fascinantes, nous donne l’impression que la danseuse peut, à tout instant éclater en mille morceaux. (…) L‘intelligence ressortant de la construction chorégraphique, où on retrouve de manière récurrente l‘idée de dévier, (…) demeure peut-être le meilleur témoin de l‘étonnante maturité de cette jeune artiste. » Le Devoir, 1997, Montréal